– Par Arif Hussain, membre de l’équipe de l’éducation juridique (PLE Team Member) (avec les renseignements juridiques par Leora Jackson, étudiante à l’Université de Toronto))

« sextage » – envoi d’un message texte + sexe – est devenu une nouvelle réalité culturelle dans notre société moderne. Le sextage peut comprende l’envoi de textes de nature sexuelle ou des images envoyées d’un téléphone cellulaire à l’autre.

Malgré que le sextage peut sembler amusant et excitant et provenir de sentiments et d’intentions sincères, il peut être la source de répercussions négatives. Parfois les adolescents partagent une photo avec une autre personne parce qu’ils leur font confiance. Toutefois, ces photos sont parfois partagées avec des tierces parties sans le consentement de la personne sur la photo. Ceci peut être gênant pour la personne qui envoie la photo et il peut être difficile d’agir ou de raconter à un autre individu ce qui s’est passé. C’est pour cette raison il est important de se rappeler qu’une fois que quelque chose a été envoyé par courriel, par message texte ou affiché dans les médias sociaux, il est presqu’impossible d’en conserver le contrôle même si vous désirez retirer l’affichage ou si vous demandez au destinataire d’effacer sa copie.

Cet article du Toronto Star discute de certains cas liés au sextage et partage les commentaires d’experts juristes au Canada.

Au Canada, il y a des questions juridiques importantes en ce qui concerne le sextage y compris la pornographie infantile et la vie privée.  Le présent feuillet de renseignement offre des renseignements sur le sextage au Canada, les éléments à prendre en considération lorsque vous envoyez des messages textes sexuels et des photos et de l’information en lien avec les statistiques sur la fréquence du sextage parmi les adolescents canadiens et les probabilités que ceux-ci transmettent ou partagent les messages sexuellement explicites qu’ils ont reçus de leurs amis.

La JFCY est en train de mettre sur pied une série de documentation juridique au sujet du sextage et d’autres questions en lien avec la cyberintimidation et l’ « intimidation technologique ». Restez connecté à ce blogue dans les prochains mois pour plus de renseignements juridiques sur ces sujets.

Arif Hussain est un étudiant de l’Université de Toronto à Scarborough. Il est également un membre actif de l’équipe PLE.