Un éditorial a été publié plus tôt cette semaine dans le Toronto Star en ce qui concerne la prolongation des services aux enfants sous la tutelle des sociétés d’aide à l’enfance jusqu’à ce que ceux-ci atteignent l’âge de 25 ans. Les jeunes qui sont « trop vieux » pour ces services font couler de l’encre parce qu’à 18 ans ou 21 ans, plusieurs jeunes ne sont pas prêts à vivre de façon autonome. De nos jours, les jeunes Canadiens et les jeunes adultes habitent avec leurs parents beaucoup plus longtemps que par le passé. Toutefois les jeunes n’ont plus de services de la Société d’aide à l’enfance à 18 ou 21 ans et ne sont plus en mesure de recevoir du soutien de l’organisme une fois qu’ils ne sont plus des usagés. L’éditorial fait valoir que le soutien devrait être prolongé et qu’il existe de bons motifs financiers pour le faire « Pour chaque 1 $ la province d’Ontario dépense pour le soutien de ses jeunes jusqu’à l’âge de 25 ans, nous estimons que les gouvernements peuvent épargner ou gagner environ 1,36 $ pendant la vie active de cette personne ».

L’article est instructif et vaut la peine d’être lu- il touche aux mêmes questions en litige soulevées par la JFCY aux audiences « Leaving Care hearings » qui ont eu lieu plus tôt cette année.